Saint-Jean l’Apôtre

 

Biographie de Saint-Jean l’Apôtre

 

 

 « le bien-aimé du Seigneur »

Né en 3 (approximativement)

    Décédé en 101 (approximativement)

    Il est fêté par les catholiques le 26 Septembre.

.

   + + + + + +

.

Jean est l’un des douze apôtres de Jésus. Il était originaire du village de Bethsaïde, son père s’appelait Zébédée, sa mère Marie Salomé et il avait pour frère un autre apôtre : Jacques le Majeur.

On l’appelle Jean l’Apôtre ou Jean l’Évangéliste ou Jean le Théologien pour le distinguer de Jean le Baptiste, précurseur et prophète de Jésus. Il était aussi pêcheur sur les bords du lac de Tibériade.

Il était disciple de Jean le Baptiste jusqu’au moment où celui-ci leur désigna Jésus par ces termes : « Voici l’agneau de Dieu ». Quittant Jean le Baptiste, après le Baptême et la venue de l’Esprit Saint sous la forme d’une colombe, et lorsque Jésus vint vers lui, il abandonna tout sur-le-champ, pour le suivre avec son frère Jacques.

Souvent appelé « le bien-aimé du Seigneur », ou celui que Jésus aimait, Jean est considéré comme l’apôtre préféré du Christ.

C’est aux apôtres Pierre, Jacques et Jean que Jésus se confie au Mont des Oliviers (Marc 14:33). Il fut l’un des trois à monter sur la montagne du Thabor, pour contempler la divinité du Verbe resplendissante dans le corps de Jésus et entendre la voix venue du ciel dire : « Celui-ci est mon fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute ma complaisance : écoutez-le » (Matthieu 17:5).

Lorsque Jésus fut arrêté par les juifs, il le suivit jusque dans la cour du Grand-Prêtre, et assista à la crucifixion, et il a eu le privilège avec Pierre et Jacques, d’assister à la Transfiguration de Jésus (Matthieu 17:1) et à son agonie à Gethsémani. Des écrits plus tardifs nous disent aussi que le Christ en croix, avant de rendre l’âme, donne pour mission à Jean de veiller sur sa mère, la Vierge Marie. Il l’accueillit chez lui et fut le dernier à rester à Jérusalem pour la servir.

Après la Résurrection, il semble que Jean soit allé en Samarie prêcher avec Pierre, où il montre beaucoup d’ardeur à organiser la jeune Église de Palestine. Fuyant les persécutions des Romains, il quitta la Palestine, et se réfugie à Éphèse ou il réalise des miracles et baptise de nombreuses personnes.

L’empereur l’envoie en exil sur l’île de Patmos, où il aurait écrit l’Apocalypse.

Après la mort de Néron en l’an 68, l’empereur permit à Jean de revenir à Éphèse, au grand regret des habitants de Patmos qu’il avait convertis en très grand nombre.

Puis la tradition le fait vivre pendant de longues années à Éphèse, ville où il compose ses trois Épîtres et le quatrième Évangile ou Évangile selon Jean (dont la plus ancienne trace est le Papyrus P52), en l’an 96.

Il serait mort à Éphèse en l’an 101, à l’âge de 98 ans. En tant qu’évangéliste, il est souvent symbolisé par un aigle.